Anne Marie Peysson…
Partageons, vous et moi, notre passion de la Radio …!

Anne Marie Peysson…

anne_marie_peysson_RTLJe suis arrivé comme jeune standardiste à RTL en mai 1977 et Anne Marie avait déjà plus de 10 ans au cœur de la station de la rue Bayard ; speakerine chez Philippe Bouvard dans « RTL Non Stop », puis la Belle dans « le bon, la brute et le truand » avec Gérard Klein, Jean Bernard Hebey et Fabrice, puis un été à bord du « Régina-Maris » , une rentrée 1969 avec « le Stop ou Encore » s’en suit la « Maison d’Anne Marie » la première émission de Radio-réalité jusqu’à son arrivée en quotidienne, le matin .

 

Elle vous rend service et elle vous fait rire

Cette émission avait déjà 6 ou 7 ans quand je débarquais dans les couloirs de la rue Bayard et découvrais le visage souriant toujours, riant souvent d’Anne Marie dont je ne connaissais, comme beaucoup d’auditeurs, que la voix. Je ne veux pas ici faire la « nécro » d’Anne-Marie Peysson, d’autres que moi plus habilités l’ont faite depuis samedi , mais je souhaite partager avec vous quelques souvenirs qui me reviennent quand je pense à mes premières années RTL.

 

a-m-peysson-rtl-matinA cette époque on ne parlait pas de stagiaire mais de « pigiste » (expression en général réservée aux journalistes) et à RTL on ne travaillait jamais sans être rémunéré. C’est ainsi que j’ai débuté le soir comme standardiste « Aux Routiers sont Sympas » émission alors diffusée en direct des entrepôts Calberson, puis comme assistant de la matinale auprès de Maurice Favières et c’est à cette occasion qu’il m’a été permis de côtoyer Anne Marie dont l’émission prenait le relais à 08h40. Nous étions « ses enfants » comme elle le proclamait à la cantonade chaque matin en guise de bonjour ! Elle s’intéressait à nous les « sans grade » dont elle savait le rôle modeste que nous jouions à notre place de standardiste c’est-à-dire le lien indispensable entre les auditeurs et l’animatrice.

Un style à part entière

Plus tard il m’est arrivé de remplacer son réalisateur Michel Garnier apprenant ainsi un peu plus sur elle, sa passion du métier à travers une émission parfaitement adaptée à son altruisme naturel.

Sans aucun doute Anne Marie Peysson a inventé un style où convivialité, complicité et écoute se mêlent ; une recette moult fois copiée avec plus ou moins de réussite. Cet attachement à celles et ceux avec lesquelles elle travaillait (Technico-réalisateurs, réalisateurs, scripts, standardistes) Anne Marie aimait le manifester au cours de déjeuners que nous partagions chez elle dans les Yvelines le samedi ; Anne Marie était une grande et délicate cuisinière.

anne-marie-peysson-13h30-rtlA la rentrée 1981 Anne Marie perd l’animation de la matinée au bénéfice de Patrick Sabatier jeune étoile montante de la TV et sur lequel notre patron Roger Kreicher mise en lui proposant d’animer de 08h30 à 11h00 « Une journée pas Comme les Autres »! Pour l’anecdote quelques semaines avant l’annonce de cette arrivée Patrick avait demandé à Anne Marie d’être sa première invitée pour sa nouvelle émission télé « Avis de Recherche »…

Anne Marie fut amené alors à présenter l’après midi une très belle émission « Parlez moi d’Amour » et moi, hasard complet, devient réalisateur de Patrick, elle ne m’en tint jamais rigueur.

 Première « Libre Antenne » de l’histoire radio

Anne Marie crée la première Libre Antenne de la radio avec « les Auditeurs ont la Parole » émission qu’elle Co-anime avec Alain Krauss jusqu’à son départ en 1985 ; un départ difficile et douloureux pour quelqu’un que la vie n’a pas épargné avec la disparition de son premier mari Jean Falloux en 1967 et son fils Jean Pierre en 1997 ;

 

Toutes mes pensées vont à son petit fils Jean et sa maman Marie Flore et bien entendu à Alain Krauss .

Anne Marie Peysson

Partager
Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on FacebookPin on PinterestDigg thisShare on TumblrEmail this to someone

Comment (2)

  • Terrade Michel - 23 avril 2015

    bonsoir Claude Hemmer,
    A l’époque où il n’y avait ni FM, ni réception satellite, ni TNT, ni réception radio sur les smartphones, ni RNT, la radio était pour beaucoup le moyen le plus économique de s’évader et se distraire pour les moins fortunés.
    Anne Marie Peysson faisait partie de notre famille.
    Avec Max Meynier nous étions sur les routes,
    Gérard Klein, Jean Bernard Hebey, Bernard Schu, Fabrice, Patrcik Sabatier, Maurice Favières, Jean Pierre Imbach ont accompagné mon enfance et adolescence, La radio avec Radio Luxembourg puis RTL était mon seul loisir. Je n’oublie pas la route du Tour de France avec Guy kédia et Bernard Rozeau. De beaux souvenirs qui sont liés à des évènements de nos vies.
    Cordialement
    Michel Terrade

  • Daniel Druesne - 23 avril 2015

    Je cherche où déposer un hommage à la grande dame que j’avais rencontrée et qui m’avait, avec Michel Garnier, associé à son émission « Et pour vous qu’Est-ce qu’on peut faire ? »
    J’étais à l’époque (nous sommes dans les années 80) l’attaché de presse du Secours Catholique. Et nous avions fait plusieurs émissions :
    – pour mieux accueillir sur Paris les familles de province ou de l’étranger qui avait un proche hospitalisé sur Paris
    – pour inviter des familles à accueillir durant l’été des enfants sans vacances
    – pour recevoir durant les fêtes de fin d’année des personnes âgées isolées.
    J’avais à plusieurs reprises apprécié sa curiosité, son talent, sa générosité… Elle avait rejoint un temps les bénévoles, et animait qqs émissions de télé avec nous.
    J’avais aussi rencontré la femme, l’épouse, la maman…
    Je voulais lui rendre cet hommage. Merci d’en être le récepteur
    Merci aussi de saluer Michel Garnier si vous le croisez…
    DD

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *